top of page

Adhérence

Performance durative

Concept & réalisation: Eve Bonneau

Date de création: 2015

Création in-situ, laquelle s'inscrit dans le langage des espaces, du corps à l'architecture. Il nous invite à sentir et percevoir les espaces que nous sommes et que nous habitons avec l’intention de développer nos potentialités d'occupation. Avec une question comme point de départ intime : Où m'ancrer ?

Concrètement, l'action fut de recouvrir les dalles noires de feuilles découpées sur mesure. Ces feuilles ont été trouvées dans le lieu Gruentaler. L'intention a été de remplir le lieu de blanc, pour ensuite alourdir chaque feuille par une pierre. Les visiteur.euse.s entraient dans la galerie avec précaution, attentif à chacun de leurs gestes. Un silence d'écoute s'imposer.

 

“L'équilibre, point où l'ancrage devient envisageable. Mon poids dans cet espace est une bascule sur laquelle repose la possibilité de l'effondrement. Ce flottement peut-il être permanent ? Si mes poumons se remplissent de l'air de cet espace, pèserai-je plus lourd ? Et si je souffle ce même air qu'adviendra t-il ? Quand je m'en imprègne et que je le traverse pour un temps, comme lors de cette oeuvre in-situ, est-ce que je deviens interprète de cet espace, ou est-ce lui qui me révèle ? Qui (pré)occupe qui ? C'est l'état statique de l'architecture face à la mobilité gravitationnelle du corps qui tentent de trouver le point précis sur lequel les 2 peuvent se reposer l'un sur l'autre. Ce point de contact juste qui permet de feindre l'enracinement. C'est un dialogue fragile qui contraint l'instabilité à se suspendre. ” Texte, Jih-An Guermoudi 

Adhesion

Durational performance

Concept & design: Eve Bonneau

Creation date: 2015

This site-specific creation is part of the language of spaces, from the body to architecture. He invites us to feel and perceive the spaces we are and inhabit, with the intention of developing our potential for occupation. With one question as an intimate starting point: Where do I anchor myself?

 

Concretely, the action was to cover the black slabs with cut-to-size sheets. The sheets were found in the Gruentaler site. The intention was to fill the place with white, and then add a stone to each paper. Visitors entered the space cautiously, attentive to their every move. A silence of listening imposed itself.

"Balance, the point where anchoring becomes possible. My weight in this space is a seesaw on which lies the possibility of collapse. Can this floating be permanent? If my lungs fill with the air of this space, will I weigh more? And if I blow this same air, what will happen? When I immerse myself in it and pass through it for a time, as in this in-situ work, do I become an interpreter of this space, or does it reveal me? Who (pre)occupies whom? It's the static state of the architecture and the gravitational mobility of the body that try to find the precise point where the 2 can rest on each other. The right point of contact to feign rootedness. It's a fragile dialogue that forces instability to suspend itself."

Text, Jih-An Guermoudi

bottom of page